dimanche 8 novembre 2009

Colonie de stromatolites à Gatineau


Ne manquez pas de lire cette mise à jour du 11 mars 2013 : «Stromatolites exceptionnels (presque !)».



OBJET

Colonie de stromatolites à Gatineau

LOCALISATION ET ACCÈS

Gatineau (Québec) ; rivière des Outaouais, à l'Ouest du pont Champlain. Accès par la piste cyclable qui longe la rivière ou par le boulevard Lucerne. Un parking tenu par la commission de la Capitale nationale (CCN) est ouvert au public à l'Ouest du pont. Les rives appartiennent à la CCN et il est interdit «d'échantillonner» les stromatolites. Le niveau de la rivière au printemps et en été ne permet pas toujours de les observer.
SNRC 31G/05
45.411468, -75.764435


DESCRIPTION

Ce qui suit sont des extraits d'un article que j'avais rédigé en 1998. À l'époque, n'étant pas tout à fait certain de la nature de la «chose», j'avais utilisé moult circonvolutions pour la décrire sans trop me compromettre. Les photos qui illustraient l'article original ont été remplacées par de nouvelles que j'ai prises en octobre 2007. (Note pour les internautes «d'ailleurs» : la ville de Hull est devenu en 2001 le secteur du même nom de la ville de Gatineau.)

Une colonie de stromatolites à Hull

par Henri Lessard
Bulletin du club de Minéralogie de l'Outaouais, vol. 3, no 1, janv. 1999, p. 29-30.

Vers la fin de l’été 1998, le niveau exceptionnellement bas de la rivière des Outaouais a rendu visible une plate-forme calcaire semée de stromatolites fossiles, près du pont Champlain, à Hull.

La plate-forme en question, d’une superficie de plusieurs dizaines de mètres carrés, était visible de la piste cyclable qui longe la rivière, environ 100 m à l’est du pont. Elle était littéralement recouverte de couronnes circulaires, larges de 30 cm à un peu moins d’un mètre, au point que chacune d’elles touchait à plusieurs autres. L’ensemble présentait un aspect spectaculaire indéniable [...]


Les couronnes étaient formées de minces anneaux concentriques, aux bords souvent festonnés, qui entouraient un noyau massif. Ces anneaux s’avéraient être de minces couches superposées qui s’élevaient vers l’intérieur de la structure comme pour amorcer la construction d’un dôme que l’érosion aurait tronqué. [Ajout nov. 2009. – Cette dernière remarque s'accorde avec l'allure de la plupart des stromatolites dont les photos sont reproduites ici, mais ceux des photos 3492 et 3496 qui ont l'allure de gros boutons me semblent avoir été pratiquement épargnés par l'érosion.]

Tout ceci ressemble à s’y méprendre à des stromatolites. J’ai recherché au travers de textes consacrés à la géologie de la région des mentions de cet affleurement, sans en trouver (ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existe pas, évidement). Mais je crois cette colonie de stromatolites assez intéressante pour la signaler à l’attention des amateurs, qu’elle soit inédite ou non. D’après la carte 1508A de la CGC (1) la roche de l’endroit serait un calcaire de la Formation d’Ottawa (Ordovicien moyen, 472-461 millions d’années)*.


Les stromatolites

Les stromatolites sont des formations calcaires érigées par des colonies d’algues microscopiques, les algues bleu-vert ou, comme on les nomme aussi, les cyanobactéries. Ces algues prospéraient sur les bords des océans à une profondeur de 20 à 50 mètres ou plus, là où elles bénéficiaient de la lumière du soleil et des eaux calmes sous les vagues et les allées et venues de la marée. Des couches de cyanobactéries mêlées de carbonate de calcium précipité se succédaient pour édifier des édifices laminés.

On a découvert des fossiles de stromatolites vieux de 3,5 milliards d’années. En Abitibi, il s’en trouve qui datent de 2,7 milliards d’années. De nos jours, il existe encore des stromatolites en formation, en Australie (Shark Bay).

(1) Harrison J.E., 1980 – Generalized bedrock geology, Ottawa-Hull, Ontario and Québec. Commission géologique du Canada, carte 1508A au 1/125 000.

* D'après Donaldson et al., il s'agirait plutôt du Groupe d'Ottawa, Formation de Pamelia, Ordovicien inférieur moyen [472-461 millions d'années].

PHOTOS

Pour aider à leur interprétation : les diaclases (fractures sans déplacement des roches) les plus accentuées sont orientées presque exactement E-W ; la rivière est au Sud et le soleil de fin d'après-midi, au S-W. Voir en particulier la photo 3492.

LIENS

Les curieux peuvent suivre les liens suivants.

Excellent exposé, et en français :
http://www.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/s4/stromatolites.html

Textes sur les stromatolites du pont Champlain (en anglais) :
http://gsa.confex.com/gsa/2005AM/finalprogram/abstract_92224.htm
http://gsa.confex.com/gsa/2005NE/finalprogram/abstract_83175.htm

Ottawa-Gatineau geological field trips :
http://http-server.carleton.ca/~jadonald/fieldtrips.html






AJOUT (26 oct. 2015)


Je n'ai découvert le texte qui suit qu'en 2015, par le blogue de Christopher Brett, «Fossils and Geology of Lanark County, Ontario» (22 oct. 2015).


Source :
  • Donaldson, J. Allan and Chiarenzelli, Jeffrey R., 2004, «Stromatolites and Associated Biogenic Structures in Cambrian and Ordovician Strata in and Near Ottawa, Ontario»; 76th Annual Meeting, Field Trip Guidebook, New York State Geological Association, 283 pages (pages 1-20).

«STROMATOLITES IN PAMELIA FORMATION * (ORDOVICIAN), FABLEWOOD **

N45°24.676' W075°45.980'

Glaciation has cut a near bedding-parallel section [...] through a single bed less than 40 cm thick that contains a continuous display of closely packed domal stromatolites. Successive degraded biofilm sheets separated by storm-deposited fine-grained carbonate sediments are marked by concentric rings of carbonaceous matter. In some areas, freeze-thaw action has exhumed the original morphologies over many square metres of laterally linked, domal stromatolites. Mapping at 1:25 scale has revealed strong local north-south trends of elongation for the stromatolite heads (Donaldson et al., 2002). In many places two or more are coalesced in parallel, strings oriented in the same (north-south) direction. By analogy with modern stromatolites in Hamelin Pool, Shark Bay, Western Australia, these trends are readily attributed to the action of tides and onshore-wind-driven waves (Playford, pers. corn.). Some small stromatolites are elongate perpendicular to the prominent north-south trend; because several inter-stromatolite patches of small-scale asymmetric ripples indicate easterly currents, elongation of the orthogonally oriented small stromatolites is attributed to longshore currents. Intermittent exposure is reflected by micro-desiccation patterns on the tops of a few large stromatolites. Also by analogy with the modern stromatolites of Shark Bay, a hypersaline environment in which biofilm predators (Garrett, 1970) could not survive is inferred. This is supported by the observation that, whereas the underlying stromatolite-free beds of carbonate are fossiliferous (with gastropods and vermiform trace fossils particularly abundant), the stromatolite unit is free of megafossils. Only conodonts have been observed, and those extracted from the stromatolite unit are compatible with a hypersaline environment (Von Bitter, pers. com.).»

Références (je ne reproduis de celles indiquées dans le texte que celle ayant un lien direct avec les stromatolites de Gatineau) :
  • Donaldson, J.A., Munro, I., Hilowle, M.A., 2002, «Biofilm structures, trace fossils and stromatolites in Early Parleozoic quartz arenites and carbonates of the Ottawa region, Ontario»; Twelfth Canadian Paleontology Conference (CPC-2002), Program and Abstracts, 12.

* Formation de Pamelia : à la base du Groupe d'Ottawa (Ordovicien moyen, 472-461 Ma).
** C'est la première et unique référence à un Fablewood quelconque que je rencontre. Google indique un site, 8 km en amont des stromauolites, de l'autre côté de l'Outaouais, à Ottawa, en plus de ce document : Jessica Webster, 41st ISoCaRP Congress 2005, «Transforming Grey Spaces into Vibrant Places: A Case Study of the Champlain Bridge Mural Pilot Project».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire