jeudi 9 septembre 2010

Gaz de schistes près d'Ottawa : chiche !


Du gaz de schistes près Ottawa ? 


Fig. 1. Source de la page photographiée : A. E. Wilson, Geology of the Ottawa-St. Lawrence Lowland, Ontario and Quebec, Commission géologique du Canada (CGC), Mémoires 241, 1946, 66 pages.
Légende
1. Area mapped : région comprise entre l'Outaouais et le Saint-Laurent, depuis Pembroke (ON) jusqu'à Vaudreuil (QC).Voir fig. 2.
2. Eastview formation ; black, bituminous Billings shale («schiste*») ; Cobourg limestone ; Ottawa formation ; Chazy et Bilings formation : formations de roches sédimentaires (calcaires, grès et shales) d'âge Ordovicien (488 - 444 Ma). (Noter le mot bituminous.) Voir fig. 2.
3. Main down-dropped block : compartiment effondré de l'écorce terrestre, parallèle à l'Outaouais et qui s'étend au sud de cette rivière depuis Ottawa jusqu'à Lachute et Saint-Jérome. (L'érosion a depuis longtemps nivelé le terrain de part et d'autre des «blocs», effondrés ou non.) Correspond approx. au  52b (gris sombre) de la fig. 2.
4. Another well [...] produced sufficient gas for use in a private house. Où était située cette maison chauffée/éclairée au gaz ? À moins qu'il s'agisse d'une façon de dire que le puits en question ne produisait que peu de gaz, juste assez pour répondre aux besoins d'une famille ?...
Rappelons, comme il est indiqué sous la photo, que ce texte date de 1946.


Tout ça pour dire...

... que les roches favorables (aux prospecteurs en tout cas, moins aux habitants) empiètent très peu sur le territoire québécois à l'ouest de Montréal. Dans la vallée de l'Outaouais, c'est donc en Ontario uniquement qu'on trouverait quelques motifs d'espoirs (pour les prospecteurs) ou de craintes (pour les habitants)...



* Vocabulaire

On devrait dire «gaz de shale» ou «shales gazifères». Si ces distinctions vous intéressent, voyez le blogue de Jean-François Cliche dans Cyberpresse. (Lisez aussi les commentaires, la question n'est pas simple, je me souviens d'avoir perdu beaucoup de temps pour un ancien billet avant de trancher pour l'un de ces deux termes.)

Le titre de ce billet devrait donc être : Gaz de shale : chiche !


Ajout (8 nov. 2010)

Voir la «suite», dans ce billet : http://geo-outaouais.blogspot.com/2010/11/chiche-du-gaz-de-schiste-2.html

Ajout (6 mars 2011)


Fig. 2. Détail de Bedrock Geology of Ontario, Southern Sheet, Commission géologique de l'Ontario, 1991, carte 2544, échelle 1:1 000 000. Elle peut être téléchargée gratuitement. En attendant d'avoir votre propre exemplaire, cliquez sur l'extrait ci-dessus pour obtenir une image plus grande.
Son utilité essentielle ici est de permettre de se faire une meilleure idée de la répartition des shales de la formation de Billings, la formation gazifère continue la plus importante de l'Est de l'Ontario (52b ; la bande gris sombre qui s'étend vers l'est à partir d'Ottawa).
Légende (adaptée)
Ordovicien supérieur (461-444 millions d'années)
  • Shales de Billings : partie du 52 b (gris sombre). Correspond grosso mode au Main down-dropped block du texte de Wilson (fig. 1).
Ordovicien moyen (472-461 millions d'années)
  • Groupe d'Ottawa, «Cobourg Limestone» : apparaît ça et là dans 51a (gris moyen).
  • Groupe de Chazy : 51b (dans le gris moyen).
Lignes bleues : failles.

samedi 4 septembre 2010

La marmite est réparée, d'ailleurs elle n'avait rien...

(Lien vers l'article principal.)

Je me suis royalement planté dans mon dernier post.

La marmite va aussi bien aujourd'hui qu'hier et avant-hier. Et même qu'avant-avant-hier. Ce que j'avais pris pour la cicatrice d'un éboulement n'était qu'une surface dont les reliefs étaient exagérés par l'éclairage. (Voir deux premières photos de ce post.)

Il est difficile parfois d'interpréter des clichés d'une paroi rocheuse prises sous des éclairages et des angles différents.

Je suis retourné sur place cet après-midi et j'ai pris de nouvelles photos que je soumets ici à votre perspicacité, en parallèle avec d'anciennes qui remontent à 2007 et 2009.

On verra sur ces gros plans que la situation n'a pas vraiment changé. S'il y a une évolution, elle se fait à vitesse géologique...

À l'avenir, j'y regarderai à deux fois avant de crier au loup.