samedi 5 décembre 2015

Tableau des temps géologiques : Gatineau et ses environs


Voir aussi le Sommaire tectonique du sud-est de l'Ontario.




Samuel de Champlain veillant sur les calcaires de la pointe Nepean, à Ottawa. La formation de Lindsay (calcaire noduleux bioturbé) surmonte la formation de Verulam (calcaire noduleux bien stratifié) du Groupe d'Ottawa, Ordovicien supérieur (444-458 Ma). Photo oct. 2015.


Tableau des temps géologiques : Gatineau et ses environs *

Henri Lessard, avril 2012, rév. mai 2013 et déc. 2015

* La «région de Gatineau» correspond dans ce document à la ville de Gatineau et ses environs immédiats, au Québec et en Ontario ; quelques sites plus éloignés sont parfois mentionnés.

J'ai rédigé ce Tableau des temps géologiques : Gatineau et ses environs en 2012 afin de disposer d'une liste des événements géologiques concernant la région par éons, ères, périodes et époques. Regrouper ce genre de renseignements m'évitait de devoir sans cesse les chercher ici et là.  

Pour ceux qui voudraient un peu de contexte, voir ce billet : «Géo-chronologie de l'Outaouais».

J'ai actualisé quelques dates, travail fastidieux toujours à refaire. Les épisodes d'activation, de réactivation, compression, d'extension ou de coulissage du graben d'Ottawa-Bonnechère (GOB), souvent datés (quand ils le sont) avec des marges d'erreur de plusieurs dizaines de millions d'années, sont impossibles à faire figurer clairement ici.  

À l'origine, cet ouvrage se présente sous forme d'un tableau Word en plusieurs colonnes. L'emboitement des éons, ères, s'y distingue facilement. Ici, adapté aux possibilités du blogue, ces différentes divisons et subdivisions se voient superposées en une seule colonne. Le tableau se réduit donc à une simple liste chronologique. La grosseur des titres permet de s'y retrouver, du moins je l'espère.  

J'ai fait ce que j'ai pu pour offrir un tableau raisonnablement complet et à jour. Mais les datations géologiques sont souvent révisées. N'hésitez pas à me signaler oublis et erreurs.

Quelques acronymes :
  • GOB : graben d'Ottawa-Bonnechère ; 
  • GS : graben du Saguenay ;
  • PFSL : plate-forme du Saint-Laurent ;
  • RSL : rift du Saint-Laurent.

Voir le site de la Commission internationale de Stratigraphie.

PHANÉROZOÏQUE (éon). 0 - 541 Ma 

Cénozoïque (ère). 0 - 66 Ma : climat tropical et glaciations *

* Les événements marquants indiqués après les deux points dans les titres d'ères et de périodes n'ont pas nécessairement occupées en entier ces divisions chronologiques. Consulter la suite du Tableau pour préciser les dates.

  • Dans 1500 ou 50 000 ans, selon les sources. Fin de l'actuel interglaciaire et début de la prochaine glaciation.

Quaternaire (période). 0 - 2,58 Ma : les grandes glaciations

«Anthropocène*» (époque) 

* L'Anthropocène n'est pas officiellement reconnue comme une période ou époque et le terme n'a encore qu'un usage informel. 

  • De nos jours. Le relèvement isostatique de la région de Gatineau libéré des glaces réduit à 4 mm par an. Le champ local des contraintes est horizontal - NE-SW (failles inverses, pop-ups) et est compatible avec celui du NE de l'Amérique du N.
  • 2013/05/17. Séisme de Shawville, QC (M5,2) ; aucun dégât.
  • 2011/06/23-25. Pluies diluviennes ; inondations et glissements de terrain à Gatineau.
  • 2010/06/23. Séisme Val-des-Bois, QC (M5,0) ; dégâts légers, glissements de terrain.
  • 2008/04/13. Avis d'évacuation, rue Lafrance (Gatineau), en raison de la menace d'un glissement de terrain (talus dans argile à Leda). Six maisons sont touchées par l'avis.
  • 2008/04/29. Glissement de terrain (argile à Leda) ; vallée de Breckenridge, QC.
  • 1993/06/20. Glissement de terrain de Lemieux (ON), sur la Nation-Sud (argile à Leda).
  • 1990/10/19. Séisme de Mont-Laurier, QC (M5,0).
  • 1989-1991. Évacuation et abandon du village de Lemieux (ON) en raison des risques de glissements de terrain (argile à Leda). Voir 93/06/20.
  • 1971/05/16. Glissements de terrain (argile à Leda) à Lemieux (ON), sur la Nation-Sud, 12 jours après celui de Saint-Jean-Vianney (QC) qui avait fait 31 morts.
  • 1971/04/05-13. Glissements de terrain (talus argile à Leda), rue Le Coteau, à Gatineau.
  • 1963/04/?? Deux glissements de terrain (argile à Leda) ; vallée de Breckenridge, QC.
  • 1957/04/?? Effondrement rocheux, escapement d'Eardley, env. 900 m au NW du belvedère Champlain ; date incertaine (entre août 1956 et avril 1962).
  • 1944/09/05. Séisme de Cornwall, ON (M5,6).
  • 1935/11/01. Séisme du Témiscamingue, QC (M6,2).
  • 1914/02/10. Séisme, N de Buckingham, QC (M5,5).
  • 1908/04/26. Glissement de terrain de Notre-Dame-de-la-Salette, sur la Lièvre, QC (argile à Leda) ; 34 morts (33 selon certaines sources).
  • 1903/10/11. Glissement de terrain de Poupore (argile à Leda) ; aucune victime.
  • 1861/07/12. Séisme, Ouest du Québec.

Holocène (époque). 0 - 11 700 ans

MàJ 21081108. -- L'Holocène a été subdivisée en trois étages ou âges par la Commission internationale de stratigraphie en 2018 (source).
Greenlandien : 11 700 ans b2k (avant AD 2000)
Northgrippien : 8326 ans b2k
Meghalayen : 4250 yr b2k.
  • 980-1060 BP. Glissements de terrain (argile à Leda) ; Quyon et Breckenridge, QC.
  • 4550 BP. Séisme M6,5+ et glissements de terrain (argile à Leda) le long de paléochenaux de l'Outaouais, QC et ON.
  • 4700 BP. L'Outaouais confiné à son lit et à son bassin actuels.
  • 6000 BP. Le relèvement isostatique est réduit à 10 mm par an (Est de l'Ontario).
  • 6000-5000 BP. Remplissage des cavernes karstiques de Kingsmere, dans le parc de la Gatineau (escarpement d'Eardley).
  • 7000 BP. Séisme M6,5+ et terrains perturbés (argile à Leda remplissant bassins rocheux) ; Lefaivre-Wendover, QC.
  • 7900-7800 BP. Glissement de terrain (argile à Leda) ; vallée de Breckenridge, QC.
  • 8000 BP. Le relèvement isostatique du continent libéré des glaces atteint 20 mm par an (Est de l'Ontario). La tourbière Mer Bleue, à l'E d'Ottawa, se développe dans un chenal abandonné du proto-Outaouais.
  • 8400 BP. Caverne Lafèche : un flot de boue apporte des sédiments fluvioglacaires dans la caverne.
  • 10 000-8000 BP. Le proto-Outaouais draine l'eau de fonte de l'W et du N du continent (lac Agassiz, lac Barlow-Ojibway), son débit atteint des pointes 200 supérieures au débit actuel (Gilbert, 1994) ; un réseau complexe de chenaux incise l'argile de la mer de Champlain (système de terrasses emboîtées).
  • 10 000 BP. Début de l'actuel interglaciaire.
  • 10-12 ka BP. Mer de Champlain ; déposition de l'argile à Leda.
  • «Pré-Champlain». La caverne Laflèche est envahie par les eaux d'un hypothétique lac glaciaire (lac Rideau) qui aurait précédé la mer de Champlain ; auparavant, les eaux sous-glaciaires l'ont désengorgée des dépôts glaciaires.
  • 12,3-12,8 ka BP. Moraine de Saint-Narcisse, QC.
  • Non daté. Événement de l'Algonquin : crue sous-glaciaire responsable des formes d'érosion dans le marbre à Cantley (QC), dans le calcaire à Gatineau («marmite des Allumettières»), et plus au S, jusqu'à Kingston (ON).
  • 20 000 BP. L'inlandsis laurentien atteint son expansion maximale ; l'enfoncement isostatique de la vallée de l'Outaouais est de 180 à 230 m. Dépôts laissés par les glaciers : till, eskers, épandages fluvio-glaciaires et sous-aquatiques, etc.
  • 25 000 BP. Formation de la caverne Laflèche, au N de Gatineau, par dissolution du marbre (eau glaciaire sous pression) ; remplissage et obstruction par des dépôts glaciaires.
  • 10-80 ka BP. Glaciation du Wisconsinien, la dernière du Quaternaire, la seule dont subsiste des traces dans l'Outaouais.
  • 2,58 Ma. Début des glaciations du Quaternaire.

Néogène (période). 2,58 - 23 Ma

Pliocène (époque)

  • Climat d'abord chaud, tendance ensuite au refroidissement avec brefs épisodes de réchauffement
  • Météorisation, érosion et pénéplanation.

Miocène (époque)

Oligocène (époque)

Éocène (époque)

  • 48 Ma. Azolla Event ; tendance au refroidissement.

Paléocène (époque)

  • 58 Ma. Paleocene-Eocene Thermal Maximum (PETM).

Mésozoïque (ère). 66 - 252 Ma : réactivations du graben d'Ottawa-Bonnechère (GOB) et érosion

Crétacé (période). 66 - 145 Ma

  • ca 80 Ma. Champ des contraintes NE de l'Amérique du Nord : compression ENE-WSW qui se poursuit plus ou moins inchangée jusqu'à nos jours.
  • 110 Ma. Passage au dessus du Great Meteor Hot Spot ; soulèvement du continent et érosion couverture (total 1km à Montréal depuis) ; réactivation du GOB.
  • 110-120 Ma. Graben d'Ottawa-Bonnechère (GOB) : dykes d'une carbonatite liée aux Montérégiennes dans le calcaire ordovicien (Ottawa, carrière Blackburn).
  • ca 120-140 Ma. Champ des contraintes NE de l'Amérique du Nord : extension NE-SW, puis N-S.
  • 120-230 Ma. Rupture de la Pangée et ouverture de l'Atlantique : réactivation du GOB ; rejet 520 m de la faille Hull-Gloucester.

Jurassique (période). 145 - 201 Ma

  • 150 Ma. Kimberlites du lac Témiscamingue, QC et ON, liées au Great Meteor Hot Spot.
  • 176 Ma. Dykes de lamprophyre et de kimberlite de Picton, ON.

Trias (période). 201 - 252 Ma

Paléozoïque (ère). 252 - 541 Ma : sédiments de la plate-forme du Saint-Laurent pendant le Cambro-Ordovicien

Permien (période). 252 - 299 Ma

  • 300-250 Ma. Orogenèse alléghanienne (Appalaches) : formation du supercontinent de la Pangée.

Carbonifère (période). 299 - 359 Ma

Dévonien (période). 359 - 419 Ma

  • 360 Ma. Dans le GOB et le socle ; hydrothermalisme (veines de carbonate-barite-sphalérite NW-SE).
  • 400-380 Ma. Orogenèse acadienne (Appalaches).

Silurien (période). 419 - 444 Ma

  • 480-430 Ma. Orogenèse taconienne (Appalaches) ; réactivation du GOB.

Sédiments de la plate-forme du Saint-Laurent (PFSL ; Cambro-Ordovicien) :

Ordovicien (période). 444 - 485 Ma

Ordovic. supérieur. 444 - 458 Ma

  • Formation de Queenston : siltstone, shale.
  • Formation de Carlsbad : shale, siltstone, calcaire.
  • Formation de Billings : shale.
  • Formation de Lindsay : calcaire, shale (Groupe d'Ottawa ; Ordovic. sup./moyen).

Ordovic. moyen. 458 - 470 Ma

  • Formation de Verulam : calcaire (Groupe d'Ottawa).
  • Formation de Bobcaygeon : calcaire (Groupe d'Ottawa).
  • Formation de Gull River : calcaire, dolomie, grès. (Stromatolites du pont Champlain, Gatineau, QC.) (Groupe d'Ottawa).
  • Formation de Shadow Lake : dolomie (Groupe d'Ottawa).
  • Formation de Rockcliffe : grès, calcaire, dolomie.

Ordovic. inférieur. 470 - 485 Ma

Cambrien (période). 485 - 541 Ma

  • Formation de Covey Hill : conglomérat, grès (absente dans la région ; Groupe de Potsdam).
  • 530 Ma. Magmatisme dans le GOB : stock de Chatham-Grenville, QC. (Montréal à la latitude 16° S)

PROTÉROZOÏQUE (éon). 541 Ma - 2,5 Ga

Néoprotérozoïque (ère). 541 Ma - 1 Ga : pénéplanation et rifting

  • 590 Ma. Dykes de diabase E-W de l'essaim de Grenville dans le GOB, un aulacogène du rift du Saint-Laurent (RSL). Note. — L'aspect actuel du GOB (escarpement d'Eardley, par ex.) est le résultat de réactivations épisodiques survenues jusqu'au Mésozoïque.
  • 590 Ma. Dykes de diabase E-W de Sainte-Sophie (50 km NW de Montréal), apparentés (?) à l'essaim de Grenville. 
  • 500-600 Ma. Cratère d'Holleford, au N de Kingston (On), large de 2,5 km ; dans le socle (Bouclier canadien) et recouvert de sédiments de la PFSL.
  • 555-625 Ma. Ouverture de l'océan Iapetus par rifting, rupture du supercontinent Rodinia : la Laurentia se sépare de l'Amazonia. Formation du RSL.
  • 590-1000 Ma. Pénéplanation du continent. 
  • Pour référence, autres activités magmatiques dans le RSL et les grabens associés (GOB et graben du Saguenay (GS)) :
    580 Ma. Complexes alcalins-carbonatites, lac Nipissing (GOB), ON.
    575 Ma. Faisceau de dykes de diabase de Rideau (NE-SW), ON et New York.
    560 Ma. Intrusions alcalines-carbonatites de Saint-Honoré et de Crevier (GS), QC. 
    555 Ma. Gabbro-anorthosite de Sept-Îles (RSL), QC.
    555 Ma. Volcanisme alcalin de la formation Tibbit Hills, QC.

Mésoprotérozoïque (ère). 1 Ga - 1,6 Ga : orogénèse du Grenville

  • 1000-1450 Ma. Orogenèse du Grenville.
  • Failles NW-SE - WNW-ESE dans le socle, précurseurs du GOB.
  • Sédimentation, volcanisme, plutonisme, métamorphisme, rifting et accrétion. Constitution du supercontinent Rodinia (Laurentia, Amazonia, etc.)

Quelques dates pour Gatineau et ses environs (les * indiquent des extrapolations à partir de régions extérieures proches) :

  • 980-1020 Ma. Fénites-carbonatites de Chelsea, QC.
  • 998-1015 Ma. Skarn de la mine Yates, Otter Lake, QC. (MàJ 20181108)
  • 1025 Ma. Fénite du Lac-à-la-Perdrix, QC.
  • 1050 Ma. Syénite d'Onslow, QC.
  • 1060 Ma. Suite volcanique et plutonique potassique de Robitaille (Buckingham, QC). 
  • 1160 Ma. Faisceau de dykes (NW-SE) de diabase de Kingston, ON.
  • 1160 - 1190 Ma. Suite de Chevreuil (syénite-diorite de Wakefield, QC)*.
  • 1200 Ma. Métamorphisme régional*.
  • 1230 Ma. Gabbro des Chenaux.
  • 1300-1450 Ma. Sédimentation carbonatée et siliclastique, magmatisme et volcanisme d'arc continental ou d'arrière-arc (terrane de Frontenac - Mont-Laurier : gneiss de Bondy, de Lacoste et du Mont-Tremblant).


Références

  • Les dates des orogenèses du Phanérozoïque sont tirées de Hocq, M, coord., Géologie du Québec, Min. de l'Énergie et des Ressources du Québec, MM 94-01, 1994, 166 pages.
  • La stratigraphie des sédiments du Paléozoïque est adaptée de Williams, D.A., Telford, P.G. et al., Canadian Paleontology Conference Field Trip Guidebook No. 2 : Cambrian-Ordovician Geology Of The Ottawa Region, CPC-II Ottawa '92, Canadian Museum of Nature, 1992, 51 pages.
  • Les autres données sont tirées de diverses sources.Pour un travail personnel qui n'était pas destiné à l'origine à être rendu public, je n'ai pas cru nécessaire les noter.

3 commentaires:

  1. Merci de nous tracer un bilan du passé et de nous aider a comprendre comment et quand les évènements ce sont produites. C'est interessant de savoir. Il y a peu de temps, les gens ne savaient pas la plupart de ces choses. A force de s'y mettre et a rassembler des pieces au gigantesque puzzle depuis la creation de notre petite et minuscule planète, nous allons pouvoir avoir une meilleur idée comment l'Univers fonctionne et comment elle a été créer et interre- réagit. Chaque expertize apporte son grain de sel et contribu a démistifier l'origine de la vie et comment on peut assurer notre propre survie. La course est déjà parti pour trouver un plan B en cas de circonstances incontournable. Les géologues et les géophysiciens contribuent a confirmer ce qui s'est passé avant pour savoir ce qui s'en viens. alors, Merci.

    RépondreSupprimer