lundi 27 novembre 2023

Les puits du lac Beauchamp à Gatineau




Marbre chargé d'inclusions plissées. Station du Lac-Beauchamp du Rapibus, inaugurée en août 2023, Gatineau, Qc : tranchée de route encore toute fraîche. Photo juillet 2023.



On a inauguré cet été à Gatineau un nouveau tronçon du Rapibus avec la station Lac-Beauchamp qui fait le trait d'union entre la station Labrosse, l'ancien terminus, et la station Lorrain, le nouveau.

Les travaux du prolongement ont mis au jour plusieurs centaines de mètres d'affleurements de roches précambriennes que je me suis fait un devoir et un plaisir d'aller examiner de près. J'ai complété mes pérégrinations par des excursions dans les pistes du parc du Lac-Beauchamp, pistes officielles ou informelles entretenues par des bénévoles. En fait, les bois et les collines au nord du Rapibus sont une dépendance du parc à chiens du boul. St-René E. Le long des pistes, on croise deux à trois fois plus de canidés que d'homininés.



Région du parc  du Lac-Beauchamp, Gatineau, Qc.
RB : Rapibus (la voie, qui n'apparaît pas sur la carte, longe la voie ferré, côté N).
CC : carrière du Cimetière (nom informel) ; CE : carrière Eureka ; Dép. : ancien dépotoir de Templeton-Est ; PAC : parc-à-chiens. Stations du Rapibus : SLa : station Labrosse ; SLB : station du Lac-Beauchamp ; SLo : station Lorrain. 
Pistes du parc en orange : retracées ou retouchées selon diverses sources.
1-6 : puits dans le roc. Les nos 2, 3 et 4 qui apparaissent sur les cartes LiDAR n'ont toutefois pas été examinés sur le terrain.
Carte (fond) : gouv. du Québec ; annotations : © Henri Lessard, 2023.


Carrière Eureka, CE sur ma carte. Voir billet du 4 août 2017. Photo oct. 2023.


Les pistes, officielles ou non, n'étaient pas si développées en 2017, me semble-t-il, lors de mes dernières expéditions dans le secteur avant cette année. À l'époque, j'étais surtout attiré par la région au sud du lac où des grès du Cambrien (500 millions d'années) recouvrent en discordance les roches métamorphiques et plutoniques du Précambrien (1200 millions d'années). (Voir billet du 23 janv. 2011.) La même discordance réapparaît à une échelle plus modeste à la station Labrosse, à l'ouest du lac (découverte personnelle, billet du 18 juin 2023).


Carrière du Cimetière (nom officieux), CC sur ma carte. Cette carrière n'est pas très photogénique, je l'avoue. Je n'en ai pas de bonnes vues générales. Photo oct. 2023.


Cet été, je me suis tourné vers les formations précambriennes des collines à l'ouest et au nord du lac Beauchamp, attiré dans le secteur par les affleurements révélés par les travaux du prolongement du Rapibus.



Bloc de granite gris dans la carrière du Cimetière, avec trou de forage au centre. D'après l'ampleur de la couverture de lichens, il n'a pas été dérangé depuis longtemps. Photo oct. 2023.


On y trouve du quartzite, du gneiss à grenat, du marbre à silicates et des roches calco-silicatées variées, des amphibolites, des granitoïdes, massifs ou gneissiques, des pegmatites ubiquistes et un mince skarn (ce billet) à apatite-mica, recoupant gneiss et pegmatite. Les formations ont une orientation générale SW-NE et les plongements sont abrupts. Le marbre et les intrusions granitiques qui lui sont associées sont riches en graphite éparpillé en paillettes ou servant à colmater les joints dans la roche. Rien d'étonnant, ce métal a été exploité autrefois dans l'Outaouais et on en trouve des indices ici et là.

Je ne m'étendrai pas davantage sur la géologie des lieux. C'est autre chose qui m'intéresse pour l'instant. Selon des cartes qui remontent à la première moitié du XXe s., le voisinage du lac Beauchamp est demeuré longtemps plus ou moins excentrique, les collines, entre la voie ferrée que longe le Rapibus et le boul. St-René E ayant échappé dans une bonne mesure au développement. (Voir la carte.) Une carrière de feldspath aujourd'hui ennoyée a été exploitée entre 1896 et 1920 au NE du massif rocheux (carrière Eureka, billet du 4 août 2017). La municipalité de Templeton-Est a installé un temps son dépotoir au milieu des collines. Son talus limitrophe existe encore et des déchets ressortent du sol ici et là tout autour. Un parc de maisons mobiles s'est implanté au nord du boul St-René E. C'est tout me semble-t-il, si on excepte la carrière de grès au sud du lac Beauchamp, active jusqu'au milieu du XXe s. (billet du 24 avril 2012). Le parc industriel, au sud du boul St-René E, n'empiète pas sur les collines.


Puits no 1 sur la carte, creusé dans un gneiss gris banal, sans intérêt particulier justifiant l'entreprise. Des paillettes de mica ont cependant été trouvés dans les déblais. Elles ne valaient pas tant de peines. Photo nov. 2023.


Or, il existe des traces d'activités non répertoriées que je ne peux expliquer, les textes et les cartes étant muets à leur sujet. Il y a par exemple cette carrière abandonnée à l'est du cimetière du boul. Labrosse (CC sur ma carte). La forêt n'a pas repris sur le granite dénudé, le front de taille est encore visible, ainsi que des  traces de travaux (trous de forage). Je n'ai trouvé aucune documentation à son sujet, même les cartes l'ignorent alors qu'elle est topographiquement évidente. Les surfaces rocheuses recouvertes de lichens témoignent d'un abandon qui perdure depuis des décennies.


Tranchée prolongeant le puits no 1 vers le NE jusqu'à un petit escarpement. Photo nov. 2023. 


Plusieurs puits sont éparpillés dans les collines au nord du lac. Il s'agit de petites excavations de l'ordre de quelques mètres, souvent des puits jumeaux creusés côte à côte. Les tas de blocs près des puits ne laissent pas penser que le plancher soit profondément enfoui sous les débris végétaux accumulés. Rien ne semble justifier ces puits et on les trouve indifféremment dans le gneiss, la pegmatite et une serpentinite à chlorite. Le puits qui porte le no 1 sur ma carte, creusé dans un gneiss gris banal, est prolongé par une tranchée jusqu'au pied d'un petit escarpement. Un petit pneu et son essieu émerge des débris végétaux comblant la tranchée. J'ai vu des feuilles de mica noir de quelques cm dans les rejets de blocs anguleux au bord du puits, mais c'est peu de chose pour l'ampleur de l'entreprise.



Au fond de la tranchée, une roue, un essieux. Photo oct. 2023.


Les cartes LiDAR laissent soupçonner l'existence d'autres puits, souvent doubles, mais, sur le terrain, ils apparaissent sous la forme de dépressions circulaires recouvertes par les feuilles mortes, sans blocs rocheux rejetés autour. Je compte aller les examiner plus attentivement, m'étant jusqu'ici contenté de noter leur position, appelé ailleurs par d'autres observations. (Il faut avoir ses priorités.)



Les déblais du puits no 1 paraissent assez frais sous leur couverture de feuilles. Les travaux semblent relativement récent par rapport à ceux de la carrière du Cimetière. Photo nov. 2023.


J'ai pensé pour expliquer ces dépressions circulaires à des trous laissés par des arbres déracinés disparus. Les minces parois de roc entre les puits jumeaux interdit d'appliquer cette hypothèse à leur cas, de même que les blocs anguleux accumulés autours des ouvertures des puits, qu'ils soient simples ou doubles. De plus, les cartes LiDAR, où les puits apparaissent clairement, ne montrent que les accidents du socle rocheux.



L'un des puits doubles du no 5 de la carte. Les surfaces rocheuses ne semblent pas très fraîches. Photo nov. 2023.


Aucun puits, à ma connaissance, ne se trouve près d'une roche riche en graphite, ce qui pourrait donner un semblant de justification à leur existence (exploration minière). Le puits et la tranchée évoquées plus haut sont dans l'axe d'un modeste skarn à apatite-mica affleurant sur le bord de la voie du Rapibus, à l'est de la station du Lac-Beauchamp, mais c'est quelque chose de banal et de peu d'importance qui ne justifie pas le travail d'excavation dans le roc.

Il est difficile de dater ces puits, assez anciens pour que la colonisation des blocs par les lichens et les mousses soient commencée, mais le degré d'extension de leur couverture varie d'un puits à l'autre. Les blocs de la carrière du Cimetière sont à l'abandon depuis des décennies au moins (voir la photo plus haut). Les puits ne semblent pas tous contemporains. On peut supposer aussi qu'ils ont été creusé pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la géologie ou la minéralogie.



Au nord des collines, un colloque de têtes, sinon de casques. À défaut de creuser des puits, s'est-on creusé les méninges ? Photo nov. 2023.

vendredi 3 novembre 2023

Mine de feldspath Eureka au nord du lac Beauchamp, à Gatineau


J'ai mis à jour mon billet du 4 août 2017 sur la mine de feldspath Eureka (je ne connaissais pas son nom avant il y a quelques jours) au nord du lac Beauchamp, à Gatineau.

Photos premier sept. et 8 oct. 2023.

 






dimanche 18 juin 2023

Conglomérat déposé sur un quartzite grenvillien à Gatineau (ajout)

Mise au point (8 août 2023). - Un retour au site du grès de Nepean du lac Beauchamp (affleurement de la discordance Bouclier/plate-forme) m'a montré que le conglomérat qui se trouve à sa base ne se distingue pas de celui de la station Labrosse* dont il est question dans les lignes qui suivent. Les deux conglomérats contiennent des éléments anguleux à arrondis de quartz, leur seule différence notable étant l'absence de clastes de feldspath dans celui du lac Beauchamp. 

* Je n'avais pas donné d'indices clairs sur l'emplacement du conglomérat jusqu'ici parce qu'il se trouve sur un terrain privé interdit d'accès. Disons que je l'ai découvert au nord de la station Labrosse du Rapibus. 

Les interrogations que soulève ce billet sont donc obsolètes : je n'ai pas découvert un conglomérat pré-Nepean comme je l'ai un instant cru, mais une nouvelle occurrence d'un conglomérat Nepean, tout simplement. Ce qui est suffisant en soi pour justifier mon contentement.

Photos. - Pièce du conglomérat Nepean du lac Beauchamp à Gatineau ramassé au sol  : clastes de quartz anguleux à arrondis. 5 août 2023.






Complément au billet du 7 juin 2023, « Conglomérat à la surface d'un quartzite ».


Quartzite grenvillien â
gé de plus d'un milliard d'années sous le gris manteau d'argile de la mer de Champlain (10 000 ans). 
Moins de deux pieds carrés du quartzite sont couverts par les restes d'un conglomérat feldspathique vieux d'au moins 500 millions d'années. Auriez-vous pu le trouver au travers de ce fatras de débris ?
Gatineau, Qc, juin 2023.




Résumé

Conglomérat contenant des débris anguleux de feldspath reposant à la surface d'un quartzite de la province de Grenville (1 Ga), à Gatineau (Québec). Le conglomérat, très rouillé, devait se trouver à la base du grès de Nepean déposé en discordance (500 Ma) sur le quartzite. Il pourrait également s'agir des restes de la formation de Covey Hill qui a précédée le Nepean. (Le grès n'est pas exposé au site même.)

 


J’ai fait une découverte. Ma place est réservée dans les manuels de géologie (en tout petit, dans une note de bas de page, mais une place quand même).

Grâce à moi la stratigraphie de Gatineau va s’enrichir d’une formation pré-Nepean en contact direct avec le socle précambrien. Ce n’est pas rien.

Avant de voir la chose elle-même, voyons le contexte dans lequel elle s’inscrit par un examen rapide des unités ou des ensembles de roches qui forment le sous-sol de Gatineau et d’Ottawa.


Quartzite grenvillien (plus d'un milliard d'années). Le manque de contraste ne le rend pas très photogénique. 
Photo juin 2023.



À la base, tout en bas, se trouve le Bouclier canadien (bouclier précambrien, province de Grenville), complexe de roches métamorphiques et plutoniques âgé de plus d’un milliard d’années. Voilà les fondations sur lesquelles s’est édifié tout le reste – et, bien souvent, au nord de l’Outaouais par exemple, il n’y a que le Bouclier, sans rien d’autre dessus que les débris laissés par les glaciations ou, dans les vallées, l’argile de la mer de Champlain.

Plus tard, bien plus tard, sur cette base cristalline, sont venues se déposer les sédiments de la plate-forme du Saint-Laurent. Les plus anciens, ou les plus précoces, sont les grès de la fin du Cambrien (510 Ma ou millions d’années), suivis des calcaires, dolomies et shales de l’Ordovicien (485-444 Ma). (Je ne détaillerai pas d’avantage, voyez mon « Tableau des temps géologiques : Gatineau et ses environs »), mais grosso modo, la séquence sédimentaire témoigne de l’avancée et de l’approfondissement d’une mer qui gagnait sur le continent. Dans la région, l’arrivée de l’eau salée s’est faite par un bras de mer à la faveur de l’ouverture de l’océan Iapetus (une sorte de préquel de l’Atlantique). C’est le rentrant d’Ottawa (Ottawa Embayment), contenu par les hauteurs du Bouclier à Perth (Ontario), au nord de l'Outaouais (Laurentides) et au sud du Saint-Laurent (Adirondacks).

Note. Les âges des divisions géologiques sont souvent révisés : il peut donc y avoir des incohérences à travers les billets du blogue. Ces raffinements n’affectent pas le fond du discours.

Retenons simplement pour la suite que les premiers sédiments à se déposer dans la région sont les grès de la formation de Nepean. Le grès est une roche formée de sable lithifié (consolidé). Les sables de Nepean, composés de quartz presque pur, ont tapissé le fond et les bords du rentrant d'Ottawa.

Entre le Bouclier érodé (en dessous) et les sédiments nouveaux venus (au-dessus), existe ce qu’on appelle une discordance (discordance d’érosion). Elle est visible au lac Beauchamp (Gatineau) où l’on voit dans une coupe à flanc d’une butte le Bouclier (sous la discordance) et le grès de Nepean (au-dessus). Plus de 500 Ma séparent les roches de part et d’autre de la discordance. (Voir mon billet du 23 janvier 2011, « Lac Beauchamp : un milliard d'années inscrites dans la roche ».)


Conglomérat reposant sur le quartzite à  Gatineau : fragments (clastes) de feldspath blanc dans une matrice de sable vitreux (quartz).


Ailleurs dans le rentrant d’Ottawa, le grès de Nepean a été précédé par les conglomérats de Covey Hill. (Conglomérat : roche sédimentaire formée d'éléments de tailles hétéroclites.) On ne les trouve pas dans notre région. Ou bien ils ne se sont pas déposés chez nous, ou bien ils ont été érodés avant le dépôt du Nepean (hypothèse la plus probable). Mais bref, le résultat est que, dans la région de Gatineau et d’Ottawa, le Nepean repose directement sur le Bouclier, sans le tapis rugueux du Covey Hill. [Corr. : le Covey Hill affleure à Kanata, dans l'ouest d'Ottawa.]

Des points essentiels distinguent le Covey Hill du Nepean. La formation de Nepean est composée de grès et de conglomérats à cailloux arrondis de quartz. Le tout s'est déposé sur le fond et les marges du rentrant d'Ottawa. La formation de Covey Hill a une origine continentale (ses constituants proviennent de l'érosion du Bouclier) et ses éléments ont connu un transport fluvial. Elle est formée de grès et de conglomérats feldspathiques à éléments anguleux.



Le conglomérat, in situ. Fallait être attentif pour ne pas passer sans le voir. Ni sa couleur ni la rouille omniprésente ne contribuent à le distinguer du quartzite hôte. (Surface mouillée pour mieux faire ressortir les contrastes.)
Photos juin 2023.


Il faut retenir de ce qui précède que le Nepean a été édifié par des sédiments matures, triés et arrondis par un long transport. Ils ont donc une origine distale. Le Covey Hill a accumulé des éléments immatures tels les clastes (brisures) de feldspath anguleux qu’un long transport aurait émoussés ou détruits. Leur origine est donc locale. Ils proviennent de l'érosion du Bouclier proche. (Le feldspath en particulier est, contrairement au quartz, un minéral vulnérable absent des sédiments mobilisés. Sa présence dans un dépôt trahit une origine locale.)

La découverte

Or, j’ai découvert un conglomérat riche en clastes de feldspath blanc anguleux déposés directement sur le Bouclier (sur un quartzite) à Gatineau. Le conglomérat, d'aspect variable, contient en outre des clastes arrondis de feldspath et de quartz ainsi que des galet arrondis dans une matrice de grès quartzeux. Conglomérat et quartzite sont fortement rouillés.



Le conglomérat : un galet arrondi s'est détaché de la roche. 
(Non, le blogue n'est pas commandité par World of Maps.)


La présence d’une forte proportion de fragments de feldspath anguleux témoigne de l'origine locale (au moins partiellement) du conglomérat. Le secteur où je l'ai découvert abonde justement en quartzite et en granite blanc qui auraient pu fournir les clastes anguleux de quartz et de feldspath – ce dernier provenant surtout du granite.

Il est donc parfaitement légitime de se demander s’il ne s’agirait pas d’un (petit) lambeau de Covey Hill ayant échappé à l’érosion.

À la lueur de cette découverte, la colonne stratigraphique de la région serait donc :

Ordovicien : 485-444 Ma

  • Sédiments carbonatés et shales témoignant de l’avancée et de l’approfondissement de la mer (non répertoriés en détail ici : voir mon tableau des temps géologiques)

Cambrien moyen – Ordovicien inférieur : 509-497 Ma

  • Formation de Nepean du groupe de Potsdam ; origine marine et margino-marine, dépôt sur le fond et les marges du rentrant d’Ottawa : grès et conglomérat à cailloux arrondis de quartz
Discordance d’érosion à l'intérieur du groupe de Potsdam

Protérozoïque supérieur  (avant 539 Ma) – Cambrien moyen : 539-498 Ma

  • Formation de Covey Hill du groupe de Potsdam ; dépôts origine continentale (transport fluvial) : grès et conglomérats feldspathiques
Discordance d’érosion Protérozoïque-Paléozoïque (cf. lac Beauchamp, Gatineau)

Protérozoïque moyen : 1,6 – 1,0 Ga (milliard d’années)

  • Bouclier canadien, province de Grenville
  • Roches métamorphiques et plutoniques

Mes moyens et connaissances ne me permettent pas de trancher la question s’il s’agit de Covey Hill ou non. L’important est la place qu’occupe mon conglomérat dans la stratigraphie. Il est pré-Nepean et il repose directement sur le Bouclier. Il pourrait même représenter des sédiments encore plus anciens que le Covey Hill ? Pourquoi pas ?

Si cette origine plus ancienne ne s’avérait pas, il resterait que mon conglomérat étendrait vers le nord, au Québec, la zone couverte par le Covey Hill dans le rentrant d’Ottawa.

Ce n’est pas rien.

À moi la médaille Logan !

Ajout (23 juin 2023). 

Informations qui dormaient dans mes filières mais sur lesquelles je n'ai mis la main (et posé les yeux) qu'après la rédaction du mon billet.

Le conglomérat, au centre, et la glauconite gris-vert friable et terreuse, de chaque côté (la photo rend mal les teintes). Photo juin 2023.

 

Bernius (1996) signale la présence d'un conglomérat à quartz-feldspath de 5 cm d'épaisseur sur le Bouclier précambrien à la base du Paléozoïque dans des forages à Bell's Corners, Nepean (ouest d'Ottawa). Il ne précise pas si le conglomérat fait partie du Nepean (qui le surmonte), mais son texte permet de le supposer. 

La partie supérieure du Bouclier sous le conglomérat est fortement altérée et météorisée (saprolite) et Bernius plusieurs minéraux résultant de l'altération des roches, dont une glauconite gris-verdâtre, sont présents. « La glauconite est répandue dans les roches sédimentaires accumulées dans la mer [...], dans des secteurs proches des côtes. »

Ceci conforte ma première hypothèse selon laquelle mon conglomérat ferait partie du Nepean (et non du Covey Hill). La glauconite vert terne friable affleure sur le quartzite près de mon conglomérat.







Clastes anguleux de quartz et de feldspath.


Notes

Le site où j’ai découvert le conglomérat au fond d’une excavation dans une propriété privée non gardée et non clôturée. Il est probable que l'excavation précède des travaux de construction et que le conglomérat sera détruit ou qu'il deviendra inaccessible. La partie visible du conglomérat, blanc rouillé, sur un plancher de quartzite blanc rouillé lui aussi et recouvert de cailloux, n’excédait pas deux pieds carrés. Il m’a fallu un peu de visu et beaucoup de chance pour ne pas le manquer.

La nomenclature des sédiments du Paléozoïque de la plate-forme du Saint-Laurent varie selon les auteurs et les régions (Ontario, Québec ou État de New York). Les controverses entretenues par les géologues professionnels dépassent mes compétences. J’ai utilisé les termes Covey Hill et Nepean un peu librement, mais correctement, il me semble. Que les pros me pardonnent mes approximations !

Les formations de Covey Hill et de Nepean font partie du groupe de Potsdam. Selon certains, une discordance d’érosion sépare les deux formations et leur réunion dans un même groupe est problématique. Encore une fois, je ne suis pas en mesure de participer à ce savant débat.

 


Clastes, vides et matrice de sable vitreux (quartz). Sans oublier la rouille.

 


Pour en savoir plus

  • G.R. Bernius, 1996, Borehole Geophysical Logs from the GSC Borehole Geophysics Test Site at Bell's Corners, Nepean, Ontario. GSC, Open File 3157.
  • Sanford, B.V. et Arnott, R.W.C., Stratigraphic and structural framework of the Potsdam Group in eastern Ontario, western Quebec, and northern New York State, Commission géologique du Canada, Bulletin 597, 2010, 83 p. (+ cartes)
  • Williams, D. and P.G. Telford, 1986. Paleozoic Geology of the Ottawa Area. Geological Association of Canada, Mineralogical Association of Canada, Canadian Geophysical Union, Joint Annual Meeting, Ottawa '86, Field Trip 8: Guidebook, 25 p.
  • Williams, D.A., P.G. Telford, A.D. McCracken and F.R. Brunton, 1992. Cambrian-Ordovician Geology of the Ottawa Region. Geological Association of Canada, Canadian Museum of Nature, CPC-II Ottawa '92, Canadian Paleontology Conference, Field Trip Guidebook No. 2, 51 p.
  • A. E. Wilson, Geology of the Ottawa-St. Lawrence Lowland, Ontario and Quebec, Commission géologique du Canada (CGC), Mémoires 241, 1946, 66 pages + cartes 413A et 414A.



Ce n'est pas très visible sur photo, mais voici le seul échantillon à montrer un litage dans la disposition des grains et des clastes. Leur disposition est parallèle au bord inférieur de l'échantillon.

mercredi 7 juin 2023

Conglomérat à la surface d'un quartzite


Excavation au nord du terminus Labrosse du Rapibus, à Gatineau (Québec), début avril 2023. Le cratère était à sec lors de ma dernière visite, début juin. 
Sous le tapis d'argile grise de la mer de Champlain (12 000 - 10 000 ans), le quartzite du Bouclier canadien (plus d'un milliard d'années).



Un billet plus complet a été publié le 18 juin 2023.

Résumé


Conglomérat contenant des débris de feldspath anguleux reposant à la surface d'un quartzite de la province de Grenville (1 Ga), à Gatineau (Québec). Le conglomérat, très rouillé, devait se trouver à la base du grès de Nepean, déposé en discordance (500 Ma) sur le quartzite. (Le grès n'est pas exposé au site même.)


C'est souvent au retour d'une expédition, en examinant les échantillons recueillis, que l'on fait ses découvertes les plus surprenantes.

Échantillon du conglomérat. S'il ne paye pas de mine sous son revêtement rouillé, dites-vous qu'il s'agit là d'un morceaux du sol tel qu'il était il y a 500 millions d'années.

Un exemple : ce conglomérat extrait d'un coup de marteau d'un quartzite du groupe de Grenville âgé de plus d'un milliard d'années. Il méritait mieux que le regard distrait que je lui avais accordé en le récoltant, intrigué par son aspect tacheté. Il constitue un témoin rare de l'époque qui a précédé le dépôt en discordance du grès de Nepean sur le quartzite il y a 515 millions d'années. La présence dans le conglomérat d'éléments sous-millimétriques et de fragments anguleux ou allongés de feldspath blanc mesurant jusqu'à 15 mm indique que ses constituants se sont accumulés à proximité de leur roche mère : un transport sur de longues distances, par l'eau ou le vent, n'aurait laissé que de petits grains de sable quartzeux bien arrondis et mieux triés.

Si mon conglomérat rouillé ne paye pas de mine, dites-vous qu'il s'agit là d'un morceaux du sol tel qu'il était il y a 500 millions d'années ! Ça mérite un peu de respect.

Le granite blanc, abondant dans le secteur (paragraphe suivant), a pu fournir le feldspath et le quartz du conglomérat.

Granite blanc provenant du secteur. Il aurait pu fournir le feldspath (blanc) et le quartz (gris) du conglomérat.


Plus à l'est, à 1,5 km, la séquence complète granite/discordance/grès de Nepean est exposée au bord du lac Beauchamp (voir billet du 23 janvier 2011). La discordance à cet endroit contient en plus un paléosol altéré entre les deux roches et des galets de quartz de plusieurs cm apparaissent à la base du grès. Des centaines de millions d'années en un seul affleurement !


Détail de la photo précédente cadré sur les fragments de feldspath blanc anguleux. Noter la taille hétérogène des clastes. En bas, à gauche : vide long d'une dizaine de mm laissé par la chute d'un élément ovale.


L'interface quarzite/grès a pu canaliser les eaux souterraines, ce qui peut expliquer la rouille et l'altération des minéraux à ce niveau.

Le quartzite sur lequel j'ai recueilli le conglomérat est exposé dans une excavation creusée dans l'argile de la mer de Champlain au nord du terminus Labrosse du Rapibus, à Gatineau (terrain privé). Des traces de travaux anciens sont visibles dans le roc et la surface naturelle u quartzite n'a pas intégralement été préservée.



Affleurement de la discordance, lac Beauchamp, Gatineau, Qc.
Photo nov. 2010.

Coupe de l'affleurement
A) Granite de la province de Grenville (Bouclier  canadien), âgé de plus d'un milliard d'années.
B) Discordance d'érosion : elle coïncide avec la surface du continent telle qu'elle était avant le dépôt du grès (C).
C) Grès (sable consolidé) ; sédiments déposés au bord d'une mer peu profonde, il y a 515 millions d'années.
D) Surface du grès, polie par le passage des glaciers, lors de la dernière glaciation (80 000 - 12 000 ans).

Avec cet « affleurement de la discordance », nous disposons d'une coupe qui témoigne de plus d'un milliard d'années de l'histoire de notre continent. (Tiré du billet du 23 janvier 2011.)


Autre face de l'échantillon du conglomérat. Un feldspath long de 15 mm est visible à droite.

samedi 11 février 2023

Hors sujet : arc circumhorizontal à Gatineau

Je viens d'apprendre que cette bande colorée qui m'avait intrigué est un arc circumhorizontal.

(Photos prises à Gatineau, Qc, près du Musée canadien de l'histoire, le 10 juin 2018.)

Un arc circumhorizontal, ou arc de circumhorizon, est un arc-en-ciel « droit », parallèle à l'horizon qui apparaît sous le soleil. Ce type de halo est formé par la réfraction de la lumière du soleil par des cristaux de glace en haute altitude. Voir Wikiki pour plus de détails.

Le phénomène avait perduré plusieurs minutes. Une amie l'avait photographié en même temps que moi, à Ottawa, à plus d'un km de ma position.

Ne pas confondre avec un arc circumzénithal dont j'ai déjà parlé dans un ancien billet.



Ici, l'arc circumhorizontal (rouge en haut, vert en bas) apparaît dans des cirrocumulus ondulatus de haute altitude (plus de 6 km) ; des altocumulus de moindre altitude s'interposent devant l'arc et le masquent partiellement. 
À l'arrière-plan, le Musée canadien de l'histoire, à Gatineau.
(Identification des nuages par moi, n'hésitez pas à les corriger.)




Détails accentués des photos. On distingue mieux la superposition des couches de nuages. La traînée de condensation d'un avion traverse le champ des photos.