lundi 8 mai 2017

La crue de 2017 : des castors et des chiffres


Pont au dessus du ruisseau de la Brasserie à son embouchure dans l'Outaouais, boul. Fournier, Gatineau, QC. Photos 5 sept. 2016 et 8 mai 2017. On est sans nouvelle de la famille Castor.


Quelques statistiques :


Crues records de l'Outaouais, à la marina de Hull (Gatineau)


Période de 1965 (mise en eaux du barrage Carillon) à aujourd'hui*
  • 45,20 m : 7 mai 2017
  • 44,91 m : 1974 (date non précisée davantage)
Période de 1940 à 1962 (selon les moyennes mensuelles)**
  • 44,55 m : année non disponible
Période de 1876 à 1947***
  • 45,48 m : 1909 (date non précisée davantage)


* CPRRO
** Estimation selon le graphique de Vaillancourt et al., 1995, reproduit dans le billet du 8 juin 2014.
*** Rapport Gréber (1950), référence complète dans le billet du 8 juin 2014.


Mêmes photos en grand.



dimanche 7 mai 2017

Le saule et la crue



Le saule de l'île Hull, dans l'Outaouais, sous la Cour suprême, vu de Hull (Gatineau), QC. Photo 4 mai 2013, en une crue plus clémente que celle de cette année.


Je suis comme un saule inconsolable. Mon arbre préféré a été emporté par la crue de l'Outaouais. Le 4 mai dernier, comme chaque printemps, il défiait encore les vagues, vaillant, les bourgeons déjà éclatés. Aujourd'hui, 7 mai, il n'est plus dans le paysage ; il n'est plus, point.

Il poussait sur l'île Hull, entre Ottawa et Hull (Gatineau).

(Attention à ne pas confondre l'île Hull (dans la rivière) et l'Île-de-Hull (quartier de la ville délimité par la rivière et le ruisseau de la Brasserie)).

Je suivais la croissance du saule depuis quelques années (voir ces anciens billets). Par l'examen de photos aériennes, j'en avais déduit qu'il existait depuis 2002. Distinguer, depuis des photos prises du haut des airs, un saule naissant des arbustes et autres herbes qui poussent sur l'île n'est pas chose aisée, et je donne cette date comme approximative.

Chaque printemps, l'île Hull était recouverte par la crue de l'Outaouais. Le saule tenait bon, les branches émergeant au dessus des vagues. Sans perdre de temps, il verdissait, même alors qu'il avait les pieds dans l'eau.

Cette année, la double crue, celle d'avril, déjà forte, et celle de mai, qui se poursuit et qui bat tous les records, semble avoir eu raison de lui.

C'est triste. Est-ce que l'île Hull va revenir à la nudité rocailleuse qui était la sienne avant l'an 2000 ?

Dernier espoir : le saule n'est peut-être que submergé : voir deux dernières photos du billet.



Le saule et l'île Hull le 7 juillet 2014. La photo a été prise depuis le belvédère derrière la Cour suprême.



7 mai 2017, depuis le même point de vue que pour la photo précédente. Les rapides signalent la position de l'île Hull. Le saule devrait émerger des vagues à la verticale du pylône qui se dresse sur la rive opposée (vers la gauche).



4 mai 2017 : le saule émergeait de l'Outaouais en crue. Photo prise depuis le pont Alexandra.



Détail de la photo précédente. Est-ce que la hausse du niveau de l'Outaouais, passée de 44,59 m (4 mai) à 45,16 m (7 mai à 16 h 00 (CRPPO)), soit une augmentation de 57 cm, pourrait laisser espérer que le saule n'est que submergé ?

samedi 6 mai 2017

L'Outaouais à un cm de la crue record de 1974 (ajouts)


Le débarcadère du bateau-taxi, derrière le Musée canadien de l'Histoire, à Gatineau, où l'on embarquait (et débarquait, of course) à pied sec, est fermé pour cause de trop d'eau. Niveau des eaux aujourd'hui 6 mai, à 12 h 00, selon la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO) : 44,90 m. Record : 44,91 m (1974). La Commission en prévoit 45,10 m...
(AJOUT). - Niveau de l'Outaouais le 6 mai à 24 h : 45,10 m ; le 7 à 16 h : 45,16 m. (Toutes les mesures : marina de Hull (Gatineau), près du Musée.)

Quai du bateau-taxi, derrière le Musée canadien de l'Histoire, à Gatineau, QC. 
Photo 6 mai 2017, vers 20 h 00.


Détail : Fluctuat nec mergitur.



7 mai 2017. vers 15 h 40. Niveau de la rivière à 16 h 00 : 45,16 m (CPRRO). Je ne sais pas pourquoi, j'ai envie d'écouter Yellow Submarine des Beatles...

mercredi 3 mai 2017

Bancs aquatiques à Gatineau


1er mai 2017 :  niveau des eaux de l'Outaouais à Hull (Gatineau), derrière le Musée canadien de l'Histoire : 44,05 m.
Deux bancs publics, presque submergés, sont visibles à gauche, entre deux arbres. 
Les vagues arbustes qui émergent avec peine de l'eau,  à droite, en bas de la photo, sont normalement 2 m au dessus du niveau de la rivière, au sommet d'une muraille de blocs rocheux (billet du 18 avril dernier).
.


3 mai 2017 :  niveau des eaux : 44,49 m. Les deux bancs, totalement submergés, sont sous les arbres (et sous l'eau). 
AJOUT (4 mai 2017). - Le niveau des eaux le 3 mai à 24 h était de 44,56 m. Le lendemain à 14 h, il était demeuré à cette valeur.
.


22 avril 2017 : niveaux des eaux de l'Outaouais près du pont Alexandra, à Gatineau : 44,00 m. On reconnait les deux bancs (et leur poubelle mitoyenne).
.


Nos deux bancs avec vue sur l'Outaouais (ainsi que la poubelle qu'ils se partagent) au sud du pont Alexandra, derrière le Musée canadien de l'Histoire, ont disparu, submergés qu'ils sont par la montée des eaux de la rivière (voir le billet du 22 avril.) La crue des 19 et 20 avril dernier (44,08 m) leur avait laissé quelques cm hors de l'eau ; aujourd'hui, 3 mai, Les amoureux des bancs publics de Brassens devront passer leur chemin et chercher ailleurs un endroit où se bécoter. La rivière, à 15 h, avait atteint la cote des 44,49 m. Depuis 1965, date de la mise en eaux du barrage Carillon, cette valeur n'a été dépassée que deux fois : en 1974 (44,91 m) et en 1976 (44,74 m). (Voir le billet du 18 avril 2017.)

(Les niveaux de la rivière sont donnés par la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO)).   

«Tendance des conditions en rivière
Les niveaux d'eau dans la plupart des endroits le long de la rivière des Outaouais ont augmenté considérablement en réponse aux précipitations reçues des derniers jours. En raison des pluies importantes (15 à 40 mm) qui sont prévues sur l'ensemble du bassin versant à partir de vendredi, on prévoit des hausses importantes additionnelles des niveaux entre Pembroke et la région de Montréal. Selon ces prévisions, les niveaux de pointe devraient être atteints en début de semaine prochaine.» (Source : CRRRO, 3 mai 2017).

Sans commentaire...


21 avril 2017 :  niveau des eaux de l'Outaouais à Hull (Gatineau) : 44,04 m.
Les deux bancs, presque submergés, sont au centre de la photo, à gauche. 
Les débris laissés par la crue des 19-20 avril (44,08 m) est visible au bord de l'eau.

.


3 mai 2017 :  niveau des eaux de l'Outaouais à Hull (Gatineau), à 15 h : 44,49 m.
Les deux bancs, sous les arbres, sont submergés. 
La ligne de débris de la photo précédente est dépassée par la montée des eaux.
.

mercredi 26 avril 2017

Vrai-faux marécage à Gatineau


Marécage, angle des boulevards Cité-des-Jeunes et Saint-Raymond à Gatineau, QC. Photo 23 avril 2017.


Ce marécage (photo), à l'angle des boulevards Cité-des-Jeunes et Saint-Raymond (route 148) à Gatineau, m'a toujours semblé une incongruité dans le paysage. Bien sûr, un ruisseau le traverse pour se jeter dans le Lac-des-Fées, à moins d'un km au sud, mais l'existence de cette masse d'eau herbeuse en cet endroit précis faisait tiquer en moi je ne sais quel détecteur d'anomalies.

Il y a quelques années, faisant des recherches sur les anciennes carrières de calcaire de la Ville de Hull (Gatineau), j'ai découvert que la position du marécage coïncidait avec celle de l'une de ces exploitations abandonnées. Dans mon système de classification, elle portait le numéro de G6B (cartes ; suivre les liens). Le G était pour Goudge, auteur qui ne faisait que la mentionner en passant (1935) :


«... heavily bedded, pure, Trenton limestone is exposed in a low escarpment on both sides of the Mine road [boul. Cité-des-Jeunes] where at one time it has been quarried in small amount on the land of William Dennison on the west side of the road and north of the Hull cemetery.» (p. 66)

La carrière apparaît aussi sur la carte de Ells et Amy (1901), immédiatement au sud du petit ruisseau anonyme dont le marécage n'est qu'un élargissement. La carte étant schématique, on ne peut en tirer de conclusion définitive : l'eau a sans doute envahit la carrière après son abandon. Selon la carte, le calcaire était fossilifère. Les cartes récentes ne sont d'aucune utilité à qui voudrait pousser l'étude plus loin. La carte des sols de Johnston (1915) ne montre ni carrière ni marécage. Sur les cartes actuelles, dont celle de Google, le marécage est souvent représenté comme un petit lac long de plus de 100 m, orienté SW-NE.

Juste intuition de ma part ou simple hasard (hypothèse plus vraisemblable), le marécage semble bien une création humaine. Il n'est pas naturel, à la nuance près que la nature ayant repris ses droits, il s'est pratiquement fondu dans le paysage. Ne lui contestons pas le droit d'exister !

Notez qu'il existe un chemin Dennison un peu au nord, dans le parc de la Gatineau (piste 5). Sujet à creuser.


Détail annoté de Goudge (1935).
La carrière qui nous intéresse est la G6B. Pour une compréhension plus complète de la carte, voir le billet du 6 juillet 2013.


Carte des carrières de calcaire de la ville de Hull (Gatineau)
Le marécage (en bleu) coïncide avec la position de la carrière G6B, en haut à gauche. Pour les autres carrières : voir le billet du 6 juillet 2013. J'ai rectifié à main levée la frontière Québec/Ontario (en rouge, en bas) que Google trace de travers. (Voir billet du 4 mai 2013.)
Compilation Henri Lessard © 2013. Fond de la carte : © Google.



Mur de pierres sèches sur l'escarpement au sud du marécage. Est-ce que les pierres calcaires proviennent de l'ancienne carrière Dennison ? Le mur existait au moins en 1965 ; je n'ai pu descendre au-delà dans le temps. Photo 23 avril 2017.


Références

  • Ells R.W., Ami H.M., 1901 — Geological map of the city of Ottawa and vicinity, Ontario and Quebec. Commission géologique du Canada, carte 714, échelle : 1:63 360.
  • Goudge, M.F., 1935 — Limestones of Canada, Their Occurrence and Characteristics; Part III. Canada Mines Branch, Report 755, 278 pages, with maps 756 (Montréal) and 757 (Southern Québec) in pocket.
  • W.A. Johnston, 1915 — Ottawa, Carleton and Ottawa Counties, Ontario and Quebec. Commission géologique du Canada, Carte géologique polychrome 1662, 1 feuille (1/63 360), doi:10.4095/107538