vendredi 4 août 2017

Carrière de feldspath perdue et retrouvée à Gatineau (MàJ)



Fig. 1. - Ancienne carrière de feldspath dans une colline au nord du lac Beauchamp, à Gatineau, Qc (lot 14 du Rang II, comté de Templeton). Photo Spence, 1916.


Pourquoi le boulevard Saint-René, au nord du lac Beauchamp, à Gatineau, fait-il une boucle qui l'éloigne de la voie ferré du CP qu'il longe de près autrement sur plusieurs km ? Je savais qu'il avait existé un indice de feldspath au nord du lac, mais je croyais qu'aucun travail véritable n'y avait été mené. Mais si le tracé du chemin, qui remonte au XIXe s., avait été dessiné ou modifié en fonction de cette carrière ?

J'ai voulu vérifier.

Oui, il a bien existé une carrière de feldspath au nord du lac Beauchamp. Je peux aujourd'hui l'assurer. Elle était située au sommet d'une colline, entre la voie ferrée et le boul. Saint-René. Cependant, le chemin a été tracé tel qu'il est avant l'ouverture de la carrière, ce qui infirme mon hypothèse. En fait, la carrière, je m'en suis rendu compte, est d'envergure trop modeste (env. 25 m x 15 m ; voir fig. 3 et 4) pour avoir justifié le détour du chemin. On peut raisonnablement supposer qu'on a jugé préférable de contourner les collines au nord du lac. Du moins pour le chemin, parce que la voie ferrée, qui obéit à d'autres impératifs, file tout droit sans se soucier du relief.

J'ai déjà exploré les bois au nord du lac sans rien y voir qui laissait soupçonner la proximité d'une carrière. Il y avait bien des blocs de roches anguleux ici et là, mais je les expliquais par les travaux de la tranchée du chemin de fer. En fait, je n'étais pas approché suffisamment de la carrière.

La « découverte » (toute personnelle) de cette carrière ne bouleversera personne. Mais le secteur du lac Beauchamp m'intéresse et tout ce qui s'y rattache a pour moi de l'importance.


La carrière (d'après Spence, 1916)

La carrière est située dans le lot 14 du Rang II du comté de Templeton. Elle a été ouverte en 1896 par J.H. Taylor d'Ottawa qui l'a exploitée durant deux ans. Durant cette période, la carrière, qui occupait 15 hommes, a produit 2000 tonnes de feldspath qui ont été expédiées à East Liverpool, en Ohio. En 1908, l'Electric Reduction Company de Buckingham y a mené d'éphémères travaux.

La profondeur de la carrière atteignait 25 pieds (7,6 m) pour une longueur de 75 (23 m) et une largeur de 45 (14 m). Elle a été creusée dans une colline basse - celle qui, comme je l'ai dit, explique le détour du chemin.

Le fedspath était extrait d'un dyke de pegmatite granitique d'orientation N-S. Sa longueur était de 400 pieds (120 m) pour une largeur de 15 pieds (4,6 m) et moins. Le contact avec la roche hôte, un gneiss rouillé, était mal défini et de nombreux filons et apophyses de granite pénétraient dans le roc encaissant. (Des tranchées de roc rouillé sont d'ailleurs visibles au nord du lac de part et d'autre de la voie ferrée.) Le feldspath était un orthoclase rose dont les cristaux pouvaient atteindre 1 pied (30 cm). Le quartz survenait en veines et masses dispersées. Des cristaux de hornblende noire de 24 pouces (60 cm) par 12 pouces (30 cm) ont été observés. Les minéraux accessoires sont la tourmaline noire, la muscovite, la magnétite, le grenat rouge, la fluorine violette et la biotite.



Mica ?

Je ne sais plus qui m'a demandé il y a plusieurs années s'il avait eu une mine de mica au lac Beauchamp. Des carrières de grès, ça, on le savait, mais il ne s'agissait pas de ça (voir le billet du 23 janv. 2011). J'avais répondu qu'il y avait un indice de feldspath, jamais exploité, au nord du lac, c'est tout. J'avais a moitié raison et à moitié tort. Il n'a pas existé de mine de mica au lac Beauchamp, mais une carrière de feldspath y a bien été exploitée. Celle-ci n'a pas produit de mica, ce minéral n'étant qu'accessoire dans le granite.

Jusqu'à aujourd'hui, je n'avais que la carte de Spence (1916 ; fig. 2a et 2b comme source de renseignements. L'accès récent au texte du rapport qui contenait la carte (fig. 3 et 4) m'a permis d'en savoir plus et d'orienter mes recherches.



Référence

  • Spence, Hugh Swaine (Schmid, Hugh S. de), Feldspar in Canada. Canada Mines Branch, 1916. (L'auteur a été contraint de changer son nom à consonance allemande durant la Grande Guerre : H.S. Schmid est devenu H.S. Spence. Je le précise parce qu'il a publié de nombreux rapports sous ces deux noms.)



Fig. 2a. - Carte tirée du rapport de Spence, 1916. Carrières et indices de feldspath dans le comté de Templeton, Qc. Le point rouge le plus au sud (le no 1 ; Electric Reduction Co.) est celui qui nous intéresse. (Cliquer sur la carte pour la voir à sa pleine grandeur.)



Fig. 2b. - Détail de la fig. 2a. La carrière de feldspath de la Electric Reduction Co. est située entre la voie ferrée du CP et l'actuel boulevard Saint-René qui semble faire une boucle pour l'éviter. En fait, la carrière est minuscule et ne saurait justifier le détour du chemin qui s'explique par le relief. Sous le point rouge, le lac Beauchamp, anonyme, ressemble à un pépin de pomme.



Fig. 3. - Service de documentation et d'information spécialisées (SDIS) - INRS , carte du LiDAR (relief ombré). L'extrémité nord du lac Beauchamp est visible au centre, en bas de la photo. Le chemin de fer traverse le secteur d'est en ouest au nord du lac. Le boulevard Saint-René fait un large détour pour éviter les collines au nord du lac. X : curieuse formation qui semble artificielle. (Cliquer sur la carte pour la voir à sa pleine grandeur.)



Fig. 4. - © Google. Gros plan sur le X de la fig. 3. Par ses dimensions et son emplacement au sommet d'une colline, cette « piscine » correspond bien à la carrière de feldspath recherchée.


Mise à jour (photos 11 mai 2018)

La carrière, après 108 ans d'abandon : la dernière photo montre la roche exploitée en surface fraîche : feldspath potassique rose saumon, quartz blanc et lichens vert-de-gris. Je n'ai pas observé de cristaux de hornblende noire longs de 60 cm tels que relevés par Spence (1916), mais les surfaces sont très altérées. Malgré l'attaque superficielle par l'érosion et les travaux miniers, le profil de la roche moutonnée originelle est préservé à plusieurs endroits. 



.



.



.



.



.



.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire