lundi 6 mai 2013

Disparitions durables : suite no 2


Note. – Pour des raisons de droits de reproduction, je ne peux maintenir en ligne les images de la première partie de ce billet. Plutôt que de le supprimer en entier, ce qui causerait des problèmes avec d'autres qui y sont reliés, je le conserve tel qu'il était, mais sans les problématiques photos. Il vous suffit de croire mes descriptions sur parole...



Une île à 1,8 m sous la surface de l'eau

L'«île du Parlement» à Ottawa, ou étape de la disparition d'un morceau de terre sous les eaux de la rivière des Outaouais. (Île no 5 dans le billet du 1er avril 2013 (voir en particulier les ajouts 5, 6 et 7 apportés au billet le 5 avril 2014) ; voir aussi celui du 22 avril 2013.)



1965 [photo supprimée]

Île ou excroissance verdoyante accrochée à la berge de la rivière des Outaouais. Partie ouest de la Colline du Parlement, à droite.



1965 (détail) [photo supprimée]

Un chenal semble séparer l'île de la rive, ce qui nous rappelle la configuration reproduite par Robert Théberge-Trépanier dans son tableau (voir billet du 22 avril, lien au début du présent billet).



1991 [photo supprimée]

Île submergée, pelée jusqu'à l'os – ou à la pierre : on distingue (détail, plus bas) sous la couche d'eau les diaclases (ou joints) du socle calcaire qui se croisent selon les directions NW et NE.



1991 (détail) [photo supprimée]

L'existence de cette île, presqu'île ou péninsule, tout dépendant du niveau de l'eau, s'explique par un plateau rocheux de forme triangulaire accroché à la rive et qui s'élargit sous l'eau par une excroissance à 1,8 m de profondeur. Cf. carte marine du ministère des Pêches et des Océans).



2002 [photo supprimée]

La rive a été aménagée et régularisée. Des blocs de calcaire forment une digue continue. Plus de trace de l'île.



2007 [photo supprimée]

Vue plus nette. La situation n'a pas fondamentalement changée depuis.




William Notman, Barrack Hill, vers 1860, sels d'argent sur papier monté sur carton - papier albuminé, 7,3 x 7 cm, don de M. James Geoffrey Notman, N-0000.193.280.1, © Musée McCord.


Ca 1860

Le niveau de la rivière, très bas, révèle l'étendue de la plate-forme calcaire qui prolonge la rive. Des diaclases (joints) découpent les surfaces les plus proches. Voir les photos du billet du 22 avril 2013 pour des épisodes plus verdoyants de l'existence de cette île - plate-forme - péninsule (lien plus haut).



John Burrows, titre original : Upper and Lower Bytown, showing Lots and Streets (détail), 1831, CARTO12353, No MIKAN 4135481, Bibliothèque et Archives Canada

1831

La carte (attention ! le nord est en bas) montre une péninsule dans Brewary (sic) Bay, à l'ouest de Barrack Hill, dans un creux de la cuesta qui se dresse face à la rivière. De fait, une Brewary (resic) se trouvait bien à l'ouest de la future Colline du Parlement (détail, plus bas). Si ce n'était du risque de confusion avec le notoirement connu ruisseau de la Brasserie (Brewery Creek, à l'origine), à Hull (Gatineau), ce serait un nom tout trouvé pour cette presqu'île anonyme. Les fortifications sur la colline, partiellement visibles à gauche, n'ont jamais été construites. L'île en bas est l'île Hull (no 6 dans le billet du 1er avril 2013, lien au début du billet).



Détail du détail.
...


Référence

  • Service hydrographique du Canada, ministère des Pêches et des Océans, Rivière des Outaouais : Papineauville à Ottawa, Québec-Ontario, carte marine no 1515, 1/20 000, 1998, corrigée 2005-12-02.



Ajout (19 mai 2013)

Pour compenser la disparition des photos «interdites», cette image de notre île, ou prolongement de la rive, à une époque plus verte de son existence (à gauche). Voir billet du 22 avril pour d'autres verdures (lien plus haut). (À droite, l'île Hull, verte elle aussi, no 6 dans le billet du 1er avril 2013, lien plus haut.)


Anonyme, vers 1922, plaque sèche à la gélatine, 8 x 10 cm, don de Mr. Stanley G. Triggs, MP-0000.25.176, © Musée McCord.

Ajout (13 avril 2014)

À l'examen des photos aériennes «interdites», on doute que l'hypothèse la plus plausible à première vue pour expliquer la disparition de l'île, celle invoquant la mise en eau du barrage Carillon (1965 1962 [correction 6 août 2014]), soit la bonne*. En 1965, l'île existe toujours, et apparaît couverte de la végétation dense et continue (arbustes ?) qu'on lui voit sur d'autres représentations. Un mince bras d'eau la sépare de la rive. Autrement, elle serait une péninsule étirée vers le NE (cf. «Ajout» du 20 mai 2013). Sur la même photo, l'île Hull, à un peu plus de 200 m en amont, au milieu de la rivière, se porte beaucoup plus mal. Presque nue, sauf quelques touffes d'herbes ici et là, elle est scindée en deux îlots par l'eau qui a inondé la vallée qui la coupe au centre.
* Voir la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais.
En 1999, l'île Hull, en de meilleures circonstances pour elle, émerge en entier. Or, pas de trace de l'île du Parlement, qui pourtant devrait être plus encline à se montrer au soleil. Il faut donc supposer que le barrage Carillon a haussé le niveau de l'eau pour l'île du Parlement tandis qu'il l'a baissé ou l'a maintenu inchangé pour l'île Hull... (Les autres photos prises après 2002 ne permettent pas d'en affirmer davantage, sinon que l'île Hull est généralement plus verte qu'en 1965. L'arbre qui y pousse et s'y maintient d'année en année semble devient apparent sur les photos aériennes en 2002.)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire