samedi 28 novembre 2009

Concours : la solution

Quand j'ai eu l'idée d'un concours, je croyais naïvement boucler l'entreprise en quelques minutes. Les minutes se sont additionnées et ont formé des heures. Le problème ne venait pas de la solution, mais des documents qu'il me fallait réunir pour l'étayer. J'ai dû fouiller l'Internet de fond en comble pour dénicher des photos pertinentes et utilisables.

Jamais le vieil adage «tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais pas déjà trouvé» n'avait été mieux illustré dans toute sa splendide ironie.

Bref, comment expliquer ces gravures qui évoquent vaguement les restes squelettiques d'une «sardine géante» – pour utiliser les termes d'un des participants du concours – ? La chose a de quoi intriguer.

Je crois savoir. Un léger doute subsiste en moi, pas au point de m'empêcher d'avancer une réponse ; seul un expert pourra me départager d'éventuels sceptiques. Il s'agirait d'un train de fractures de brouture, phénomène d'érosion glaciaire très commun (sauf dans Internet...)

Encore une fois, comme très souvent dans la région de Gatineau, l'explication remonte à la dernière glaciation, qui – toujours dans la région – a pris fin il y a 12 000 ans.


SCHÉMA
Adapté par mes soins d'un pdf anonyme (p. 18) :
http://www.cmontmorency.qc.ca/~gcaron/semain8.pdf

Lorsque un bloc emprisonné à la base d'un glacier progresse par à-coups, la succession des épisodes de pression et de relâchement sur le socle rocheux se traduit par la formation d'un chapelet de marques en forme de croissant, fractures de broutage ou broutures concaves, selon le degré d'énergie dissipée.

La fracture de broutage est une simple fracture, sans éclats enlevés (schéma).

Sous une pression plus élevée, il se forme des broutures concaves ; une première fracture est créée à l'arrière de la future brouture ; une seconde cassure vers l'aval vient croiser la première, amenant le détachement d'une esquille en forme de croissant de lune.

Brouture ou broutage, la structure plonge toujours dans la direction du mouvement de la glace. Les pointes d’une brouture indiquent l’amont alors que celles d’une fracture de broutage visent l’aval.

Ces marques se retrouvent le plus souvent en chapelet, ou en train.

Notre bloc de granite (photo du haut) présenterait donc un cas particulier de train de fractures de broutage. (Mouvement de la glace : de la gauche vers la droite.) La surface du roc est profondément altérée, ce qui a amené le bord des fractures à s'élargir et à perdre de leur tranchant. La cassure qui réunit comme le fil d'un collier les fractures s'est formée à un stade ultérieur. Il est difficile de croire à un hasard si parfait à voir la cassure onduler pour épouser les inflexions du train. On peut supposer que la création des fractures de broutage ont affaiblie la roche selon un plan qui passait par le milieu du train.

J'ignore à la suite de quels événements le bloc de granite s'est retrouvé ensuite isolé dans les bois. S'il avait connu le destin d'un bloc erratique normal, transporté par un glacier au milieu d'une nuée d'autres débris, l'usure aurait effacé les marques. Comme il y a plusieurs affleurements de vieilles roches moussues dans les environs du bloc, je présume qu'il est le résultat du démantèlement – naturel ou non – de l'un d'eux.

Je placerai bientôt un billet pour consoler les participants malchanceux.







PHOTOS
Première photo. – Kanata (Ottawa), parc Beaver Pound, mai 2009. Par votre serviteur.

Autres photos. – De haut en bas :
Photographie : Camille Laverdière, 1975*

Photographie : Camille Laverdière, 1975*

Photographie : Camille Laverdière, 1975*

*Droits : © Direction des bibliothèques, Université de Montréal. Utilisation permise à des fins de recherche, d'étude et d'enseignement.

AJOUT (14 novembre 2010)
J'aurais préféré disposer d'exemples locaux à l'époque de la rédaction de ce billet. Lacune réparée.



Photos 2706-07. Broutures concaves dans le grès de Nepean (Cambro-ordovicien), au parc du lac Beauchamp, à Gatineau, QC. On distingue, grâce à la petite branche (photo 2707), le plan incliné dû au départ d'un éclat de roche du côté concave du croissant (côté en amont du déplacement du glacier, de la gauche vers la droite, soit du NW vers le SE). (13 nov. 2010)


Photos 2710, 12. Trains de fractures de broutage, grès de Nepean (Cambro-ordovicien), parc du lac Beauchamp, Gatineau, QC. Les croissants pointent cette fois leur face convexe en direction de l'amont, selon le sens de l'écoulement du glacier (NW-SE). (13 nov. 2010)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire